Éloge de l’Oisiveté et Bertrand Russell

Les méthodes de production modernes nous ont donné la possibilité de permettre à tous de vivre dans l’aisance et la sécurité. Nous avons choisi, à la place, le surmenage pour les uns et la misère pour les autres : en cela, nous nous sommes montrés bien bête, mais il n’y a pas de raison pour persévérer dans notre bêtise indéfiniment.

Bertrand Russell dans Éloge de l'Oisiveté, 1932

Que veut dire “travail” ? Quand pouvons-nous dire que nous travaillons ? Pourquoi travaillons-nous ? Comment travailler moins et vivre plus ? Autant de questions que nous nous posons tou-te-s mais que l’un des plus grands penseurs du XXème siècle s’est posé avant nous.

Bertrand Russell, mathématicien et philosophe entre autres, publia en 1932 un essai intitulé “Éloge de l’Oisiveté”. Tout en vous incitant à vous procurer cet ouvrage pour le lire, nous souhaitons ici partager avec vous ce qu’il a inspiré à Dominique Rongvaux. Cet ancien ingénieur commercial belge, devenu comédien, s’est créé en 2009 le luxe de bavarder sur scène avec Bertrand Russell.

https://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.ssl.cf1.rackcdn.com/attachments/large/0/2/7/000291027.jpg

Durant cette pièce d’un peu plus de quarante-cinq minutes, il donne, avec talent, vie aux propos de celui qui avait décelé très tôt les travers du système de production dominant. Avec humour, il nous incite à nous poser la question de notre propre relation au travail. Il nous fait redécouvrir “Le Savetier et le Financier” de Jean de la Fontaine. Il nous fait partager son expérience du monde des cadres supérieurs l’ayant, par déception, mené sur scène. Il nous donne également envie de lire le “Petit traité de désinvolture” de Denis Grozdanovitch.

A voir sur le Web :

Manifeste contre le travail – groupe Krisis

Partager le contenu de cette page