Mainmise sur les villes

La ville du XXIème siècle pourrait-elle devenir un espace intégralement privé ? Cette question peut faire sourire. Il nous parait en effet acquis que la gestion d’un certain nombre de lieux que nous avons l’habitude de fréquenter, ne peuvent relever d’autre chose que d’institutions élus par nos soins et qui nous représentent. Pourtant depuis plusieurs décennies, cette certitude semble se heurter à des obstacles de taille.

Dans un documentaire diffusé en 2015 sur Arte, Claire Laborey nous dévoile ce qui se cache derrière des espaces que nous considérons souvent à tord comme publics. En Europe et partout où le mode de gestion néolibéral tente de s’imposer, des municipalités de plus en plus contraintes financièrement, délèguent à des puissances privées l’aménagement de pans entiers de notre environnement immédiat. Ainsi, à l’issue d’immenses projets décidés à l’abri de toute délibération réellement démocratique, des entreprises de grande distribution (de meubles en kit par exemple) se retrouvent en charge de l’entretien, de la sécurisation et de la gestion des accès de nos villes.

Mainmise sur les villes, désormais disponible en streaming, nous emmène à Hambourg, Lyon, Istanbul, Paris, Berlin, Copenhague, Toulouse… pour nous sensibiliser aux enjeux de cette nouvelle guerre silencieuse. Car derrière l’habituel enfumage lexical fait de “partenariats public-privé” et autres “business improvement district” se cache une offensive sans précédent du marché sur notre espace commun.

A voir sur le Web :

Article du Monde Diplomatique sur le Grand Paris

Villes et marchandisations des espaces publics : Quand les citadins se mobilisent

Laboratoire Urbanisme Insurrectionnel (voir notre section Bavarder ailleurs)

Article de Reporterre sur Europa City

Partager le contenu de cette page