La crise permanente par Marc Chesney

Les nouvelles innovations financières atteignent les limites de l’évaluation des risques. L’industrie financière devra donc s’améliorer. Mais on peut être optimiste. Les financiers vont résoudre le problème, et la vie continuera.

Edmund S. Phelps, Prix Nobel d'économie, Le Journal du dimanche, 27 janvier 2008

Grâce à des déclarations comme celle ci-dessus et aux évènements qui suivirent au cours de l’année 2008, nous savons que les institutions financières présentent des défauts structurels qui posent de nombreuses questions. Hollywood s’est même emparé du sujet avec la sortie en 2015 du film à gros budget que nous vous conseillons néanmoins : The Big Short: le casse du siècle.

Au cours d’une intervention donnée lors d’un cycle de conférences organisées depuis 2016 par l’INRIA, le professeur de finance à l’Université de Zurich Marc Chesney analyse de manière claire (ce qui n’est pas un luxe lorsqu’on se plonge dans le sujet) les grands enjeux que la crise des marchés financiers met en lumière. Il retrace ainsi comment une “aristocratie financière” a pu se développer au cours du XXème siècle et prospérer aussi vite que démocratie, environnement, valeurs morales (responsabilité, transparence…) et justice sociale se trouvaient fragilisés profondément et, selon lui, durablement. Comme dans chacune des conférences de ce cycle “Comprendre et Agir”, Marc Chesney n’en reste pas aux constats et esquisse des solutions qu’il nous incite à soutenir activement à travers nos engagements citoyens.

A voir sur le Web :

Faut-il sauver les banques, et à quel prix ? par Frédéric Lordon

Essai de Marc Chesney

Nombreux articles paru dans Le Monde Diplomatique notamment: Crises financières, n’en tirer aucune leçon…, Les remèdes toxiques à la crise financière

Partager le contenu de cette page