L’éducation populaire avec Franck Lepage

Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, qui recevront leurs opinions d’une opinion étrangère, en vain toutes les chaînes auront été brisées, en vain ces opinions de commande seraient d’utiles vérités ; le genre humain n’en resterait pas moins partagé en deux classes, celle des hommes qui raisonnent et celle des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves.

Nicolas de Condorcet, déclaration à l'Assemblée législative, 1792

Comment former des citoyens aptes à faire advenir une société démocratique ? C’est par cette question (entre autres) qu’on pourrait résumer l’idée qui sous-tend le processus d’éducation populaire. En effet, lorsque l’on cherche à se rapprocher des idéaux de la démocratie réalisée, l’éducation intervient rapidement comme une question centrale. Or, il existe une multitude de manières d’envisager cette dernière.

Au fil des siècles, les États ont développer des institutions ayant pour objectif l’instruction de leurs populations. C’est le cas en France depuis Charlemagne mais plus particulièrement depuis la fin du XIXème siècle et les lois Ferry. Aujourd’hui, le Ministère de l’Education Nationale, ainsi qu’un grand nombre d’institutions (publiques ou privées) organisant la formation des français-e-s, permettent à tou-te-s de disposer d’un niveau d’alphabétisation acceptable ainsi que d’une porte d’entrée sur le “marché de l’emploi”. Mais est-ce suffisant pour bâtir une société la plus démocratique et libre possible ?

Espérer être libre implique déjà d’avoir conscience de ses chaînes, et non de vivre comme si elles n’existaient pas.

Guillaume Carnino, publié dans l’ouvrage collectif Divertir pour dominer, La culture de masse contre les peuples sous le titre « Choisir ou être libre », 2010

Pour Franck Lepage, ancien directeur du développement culturel à la Fédération française des maisons des jeunes et de la culture puis cofondateur de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé (dissoute en 2014) et de l’association l’Ardeur, la réponse est clairement non! Pour lui, il faut poursuivre ce qui prit forme après la Révolution de 1789 puis s’accéléra à la fin du XIXème siècle sous l’impulsion de Fernand Pelloutier avec la création des Bourses du Travail.

Il défend donc une approche basée sur le partage collectif de savoirs en dehors des institutions dominantes et permettant à chacun-e-s de disposer d’outils pour : se réapproprier notre histoire commune, lutter pour ses idées par le langage et renforcer la portée de nos actions collectives. C’est en partie grâce à son action que ce site a vu le jour avec l’espoir d’apporter une modeste pierre à l’édifice.

[…] nous demeurons convaincus qu’il faut craindre les révoltes prématurées. Prenons-y part ; mais ne cessons pas de travailler à l’instruction populaire, de telle sorte qu’éclatant seulement le jour où elle sera faite dans les cerveaux, la révolution sociale nous libère définitivement de l’autorité et de l’exploitation et ne nous laisse plus que la tâche d’améliorer toujours les conditions de notre existence.

Fernand Pelloutier, L’ouvrier des deux mondes, 1898

En 2006, Franck Lepage crée Inculture(s), un spectacle qu’il définit comme ayant la forme d’une “conférence gesticulée” et retraçant sa propre expérience l’ayant mené à militer pour le développement de l’éducation populaire. Nous vous recommandons chaudement de voir les deux conférences gesticulées Inculture(s) 1 et 2, ci-dessous ou bien lors de leurs nombreuses représentations :

Inculture(s) 1 : « L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu… »
une autre histoire de la culture

Inculture(s) 2 : Et si on empêchait les riches de s’instruire plus vite que les pauvres ? une autre histoire de l’éducation

Depuis la création de ces deux objets théâtraux pédagogiques (et divertissants), Franck Lepage (avec d’autres) n’a eu de cesse de promouvoir cette forme d’éducation populaire, notamment en proposant, avec l’association l’Ardeur, des formations à la création de conférences gesticulées :

former aux conférences gesticulées : Franck Lepage & Gael Tanguy

Réaliser une conférence gesticulée – quand l’éducation populaire réinvestit la culture

A voir sur le Web :

Interview de Franck Lepage en 2017

Interview pour la revue Ballast

Entretien avec Daniel Mermet pour Là-bas.org

De l’éducation populaire à la domestication par la “culture” pour le Monde Diplomatique

Toutes les formations proposées par l’Ardeur

Tous les ateliers proposés par l’Ardeur

Retrouvez d’autres associations promouvant l’éducation populaire dans notre rubrique Bavardez ailleurs

Retrouvez la Revue Résonnances dans notre rubrique Revues et journaux

Partager le contenu de cette page