Introduction au zapatisme avec Jérôme Baschet

Le 1er janvier 1994, alors que le Mexique fait officiellement son entrée de plain pied dans le marché mondial grâce à l’accord de libre échange nord américain (ALENA), un événement vient troubler le doux ronron de la “mondialisation heureuse”.

Après plus d’une décennie de révolte, notamment pour la défense des droits des peuples indigènes, les zapatistes (en référence à Emiliano Zapata) de la province du Chiapas décident de s’insurger face au gouvernement central du pays. Une action armée préparée et soudaine dans plusieurs villes de la région surprend les autorités qui se voient finalement contraintes de négocier.

Après l’échec des pourparlers, les zapatistes stoppent la lutte armée, retournent dans les Hautes Terres et débutent l’une des expériences d’auto-gestion les plus étendues et durables de l’histoire. Depuis plus de vingt ans, sur un territoire aussi grand que la Belgique, et malgré les tentatives de déstabilisation constantes de l’Etat, des hommes et des femmes ont décidé de mettre en pratique un mode de gouvernement réellement démocratique, donc sans cesse soumis à l’approbation des citoyens, s’appuyant sur des fondements proches de l’anarchisme.

Ils ont peur que nous découvrions que nous pouvons nous gouverner nous-mêmes.

Maestra Eloisa, ouverture de l'Escuelita, 2013

Sans perdre notre regard critique à l’égard des imperfections et des spécificités du mouvement zapatiste (autonomie incomplète par rapport au marché, contexte ethnique, géographique, économique…), il nous parait aujourd’hui indispensable de le questionner pour en dégager des pistes pratiques d’alternatives radicalement démocratiques aux modes de gouvernements reposant sur l’Etat que l’on nous dit indépassables.

Dans une conférence organisée par Les Amis du Monde Diplomatique, Jérôme Baschet, nous expose avec clarté comment s’organise l’autonomie zapatiste et en quoi elle est une tentative sans précédent de dépassement du capitalisme :

A voir sur le Web :

Le zapatisme en 15 questions

Intervention de Jérôme Baschet autour de la justice en territoires zapatistes

Enseignements d’une rébellion. La petite École zapatiste, J. Baschet et G. Goutte, Éditions de l’Escargot

Adieux au capitalisme. Autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes, J. Baschet, La Découverte

Au Chiapas, la révolution s’obstine

Construire l’autonomie. Se réapproprier le travail, le commerce, la ruralité à découvrir dans notre article Pour une critique “Offensive”

Partager le contenu de cette page