Les Nouveaux Chiens de garde

Dans une société se voulant démocratique, le journalisme a pour horizon l’objectivité, sans bien sûr ne jamais pouvoir l’atteindre complètement étant donné que le simple fait de formuler une idée par des mots introduit un biais subjectif dépendant de son auteur-e. Alors qu’en France (tout comme dans de nombreux pays du monde) la concentration des médias ne cesse de s’accroître, on peut se demander dans quelle mesure cela affecte le contenu des informations que diffusent chaînes de télévision, journaux, sites internet…etc désormais en grande partie possédés par de grands groupes à buts lucratif. De plus, alors que dans nos démocraties “représentatives”, prendre le pouvoir dépend de l’opinion d’une majorité de citoyen-ne-s réduit-e-s au rang d’électeur-rice-s, on peut légitimement s’interroger sur les dangers d’un rapprochement trop étroit entre dirigeant-e-s politiques et journalistes.

C’est en cherchant à approfondir ces questions que Serge Halimi, journaliste et directeur du Monde Diplomatique depuis 2008, a publié en 1997 puis actualisé en 2005 un essai ayant connu un important succès: Les Nouveaux Chiens de garde. Avec son titre inspiré d’un pamphlet de Paul Nizan de 1932, cet ouvrage nous plonge dans les mécanismes à l’œuvre dans le paysage médiatique français. Il nous éclaire sur la manière dont industrie, finance, politique professionnelle et journalisme se mélangent dans un même “écosystème” tissé de relations d’intérêt.

En janvier 2012, l’essai de Serge Halimi est adapté avec le même titre en un documentaire par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat. Le film, que nous vous conseillons chaudement, est désormais disponible en VOD et DVD.

bande annonce du film Les Nouveaux Chiens de garde

A voir sur le Web :

Quelques beaux exemples d’aboiements médiatiques…

ACRIMED à retrouver dans notre rubrique Bavarder ailleurs

Exemple de reportage de France 2 totalement complaisant à l’égard de la ministre du travail Muriel Pénicaud

Nada-info, association de Gilles Balbastre

Partager le contenu de cette page