Une histoire politique du CO2 avec Jean-Baptiste Fressoz

Alors qu’il ne se passe un jour sans que le changement climatique ne fasse la une des médias, alors que depuis 1972 les sommets internationaux se multiplient à un rythme effréné pour définir quelles seraient les mesures pour limiter l’impact humain sur l’environnement, alors que les études scientifiques sont légion, que les solutions techniques existent, pourquoi la fameuse (fumeuse ?) “transition écologique” est-elle si lente voir inexistante ?

L’historien des sciences Jean-Baptiste Fressoz, auteur en 2012 du livre L’apocalypse joyeuse, une histoire du risque technologique, propose d’aborder les questions ci-dessus par un angle original et peu relayé dans l’agitation médiatico-politique courante. Ce jeune chercheur nous invite en effet à découvrir l’histoire politique qui se cache derrière la courbe bien connue de l’augmentation de la concentration en CO2 (principal gaz à effet de serre) depuis deux siècles.

Lors d’une conférence donnée en 2016 à l’université de Genève, Jean-Baptiste Fressoz expose comment les choix énergétiques ayant conduit à la situation actuelle ont été fait en toute connaissance des causes environnementales et pour des raisons ne relevant pas de l’efficacité. Son exposé brillant démontre sur la base de nombreux exemples historiques comment des orientations politiques (non soumises à un débat réellement démocratique) ont abouti à l’utilisation massive de sources d’énergie moins efficaces et plus polluantes. Il nous apprend également comment les conflits mondiaux et le développement de technologies militaires privilégiant la puissance à l’efficacité ont eu un impact fort sur les choix des technologies favorisées.

Sans apporter de réponses miracles, le travail de Jean-Baptiste Fressoz nous semble néanmoins constituer un outil indispensable pour opposer une critique radicale à celles et ceux qui accaparent les décisions et les actions ayant des conséquences sur notre environnement. L’histoire récente nous montre en effet que constituer des forces politiques réellement démocratiques autonomes et indépendantes des pressions économiques, militaires et religieuses est un idéal vers lequel cheminer et qui promet des résultats autrement plus efficients que n’importe quelle hypothétique “croissante verte”.

A voir sur le Web :

Interview de Jean-Baptiste Fressoz par la revue Ballast

Article de Jean-Baptiste Fressoz rédigé pour la revue Reporterre

Dossier : Comment éviter le chaos climatique ? en accès libre, paru dans Le Monde Diplomatique

2° avant la fin du monde par DataGueule

Fiche de lecture de L’apocalypse joyeuse, une histoire du risque technologique

Autre conférence de Jean-Baptiste Fressoz sur le même thème

Les leçons de la catastrophe, critique historique de l’optimisme postmoderne

Le climat fragile de la modernité, petite histoire climatique de la réflexivité environnementale

Partager le contenu de cette page