La Sociale de Gilles Perret

Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en œuvre pour atteindre ce but qui est la libération rapide du territoire, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R proclament qu’ils sont décidés à rester unis après la libération […] Afin de promouvoir les réformes indispensables […] Sur le plan social […] un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État.

Programme du Conseil National de la Résistance, 15 mars 1944

C’est par les quelques mots ci-dessus (et ceux qui les accompagnaient), extraits du Programme du Conseil National de la Résistance, que la vie des Français-e-s allait changer. Avec la mise en place du régime général de l’assurance maladie, sous l’impulsion notamment d’Ambroise Croizat, les travailleur-se-s voient s’éloigner la dépendance à l’employeur qui les fragilisait grandement en cas d’arrêt de leur activité professionnelle.

En 2016, trois ans après avoir réalisé son documentaire Les Jours Heureux, Gilles Perret poursuit son souhait de promouvoir une histoire populaire trop souvent occultée et déformée. Il présente alors le film La Sociale dans lequel il nous rappelle combien la couverture universelle, de chacun-e selon ses besoins contre les risques de la vie (maladie, perte de son emploi, vieillesse), financée par la cotisation de chacun-e selon ses moyens, est un bien commun à se réapproprier, à défendre et à étendre.

Bande-annonce La Sociale

Alors que dès sa création, le système de Sécurité sociale mis en place par les celles et ceux qui venaient de libérer la France fut contesté par le patronat, alors que depuis des décennies son financement par la cotisation (versé via le salaire brut dans des caisses gérées notamment par les représentants des salarié-e-s) est rogné au profit d’un financement par l’impôt (géré par l’Etat seul et impliquant un mode de production capitaliste), alors que les inégalités se creusent maintenant de manière constante, il nous parait indispensable de diffuser le travail de Gilles Perret au plus grand nombre.

Le documentaire est toujours projeté de manière ponctuelle et désormais disponible en DVD.

A voir sur le Web :

Articles du Monde Diplomatique: En finir avec les luttes défensives, Une autre histoire de la Sécurité sociale, Ni assurance ni charité, la solidarité

Comprendre le danger des dernières “réformes”

Partager le contenu de cette page