Ni Dieu Ni Maître, une histoire de l’anarchisme

Anarchisme. Un mot qui s’accompagne de nombreux fantasmes, de nombreux mensonges mais surtout de nombreuses peurs. Désordre, violence et nihilisme, voilà trois mots qui permettent aisément de punir (parfois à mort) et de décourager quiconque de s’intéresser à un courant de pensée. Apparu il y a deux siècles en réaction aux premiers désastres humains provoqués par l’essor du capitalisme industriel, l’anarchisme, comme théorie politique, n’a jamais cessé d’être combattu au point d’être aujourd’hui quasiment absent de la mémoire collective.

Dans une initiative courageuse, en avril 2017, Arte diffusa “Ni Dieu Ni Maître, une histoire de l’anarchisme”. Les deux épisodes (“La volupté de la destruction” et “La mémoire des vaincus“) de ce documentaire réalisé par Tancrède Ramonet et produit par sa société Temps Noir, nous permettent de plonger dans les vies de celles-ceux qui ont fait naître et vivre le mouvement de 1840 à 1945.

C’est en (re)découvrant la pensée et les actes de Pierre-Joseph Proudhon, Mikhaïl Bakounine, Nestor Makhno, Élisée Reclus, Emma Goldman, Louise Michel, Francisco Ferrer, Errico Malatesta et bien d’autres, les récits d’évènements dont la Commune de Paris, le 1er mai 1886 à Chicago, les révolutions ukrainienne et mexicaine, la guerre d’Espagne, qu’on mesure à quel point l’anarchisme est recouvert d’un voile de silence aussi épais que la crainte de le voir resurgir chez celles-ceux qui se sont acharné-e-s à le faire taire.

Philosophically, Communism and Anarchism are poles apart. Practically – i.e in the form of society aimed at – the difference is mainly one of emphasis, but it is quite irreconcilable. The Communist’s emphasis is always on centralism and efficiency, the Anarchist’s on liberty and equality. (D’un point de vue philosophique, Communisme et Anarchisme sont opposés. En pratique – c’est à dire dans la forme de société visée – la différence relève principalement de l’emphase, mais d’emphases presque inconciliables. L’emphase Communiste est toujours portée sur la centralisation et l’efficacité, l’Anarchiste sur la liberté et l’égalité.)

George Orwell, Homage to Catalonia, Appendix I., 1938

bande-annonce “Ni Dieu Ni Maître, une histoire de l’anarchisme”

Alors que les politiques et les institutions dérivées du capitalisme ne cessent de montrer leurs faiblesses au cours de crises à répétition, il nous semble plus que nécessaire de se réapproprier l’histoire anarchiste non pas pour l’élever au rang de remède miracle mais bien pour éclairer nos recherches d’alternatives radicales. Un troisième épisode “Les réseaux de la colère” couvrant la période de 1945 à nos jours est d’ailleurs en cours de réalisation.

Le documentaire de Tancrède Ramonet est disponible en DVD ou téléchargeable. Si nous vous incitons bien sûr à l’acheter comme nous l’avons fait, afin de le conserver et le diffuser, tout en soutenant les travaux de l’auteur, il est désormais disponible en streaming :

A voir sur le Web :

L’urgence de penser – L’anarchisme par Francis Dupuis-Déri

Le premier des 1er mai par le site Jef Klak

Centre International de Recherches sur l’Anarchisme (CIRA) à retrouver dans notre rubrique Lieux, associations, organisations, festivals, réseaux…

Une Vie, une œuvre : Pierre-Joseph Proudhon, un penseur inconfortable (1809-1865)

Une Vie, une œuvre : Mikhaïl Bakounine, ou l’ouragan révolutionnaire (1814-1876)

L’anarchisme – 3 théoriciens (Proudhon, Bakounine, Kropotkine) – Politikon #7

Partager le contenu de cette page