Comité Invisible

Pourquoi bavarder avec lui ?

Car ce comité c’est vous, c’est nous, c’est une constellation d’âmes révoltées par les conséquences d’un ordre des choses qui ne tourne pas très rond.

Nos lectures et extraits :

L’insurrection qui vient, 2007

Premier cercle « I AM WHAT I AM »

« On ne se débarrasse pas de ce qui nous entrave sans perdre dans le même temps ce sur quoi nos forces pourraient s’exercer. »

Septième cercle « Ici on construit un espace civilisé »

« La littérature est en France l’espace que l’on a souverainement accordé au divertissement des castrés. Elle est la liberté formelle que l’on a concédée à ceux qui ne se font pas au néant de leur liberté réelle. »

S’organiser

« Les planques se font rares, et à vrai dire, c’est bien souvent perdre trop de temps encore que de continuer à s’y ennuyer. Elles se signalent en outre par de piètres conditions de sieste et de lecture. »

A nos amis, 2014

Ils veulent nous obliger à gouverner nous ne céderons pas à cette provocation
1. Physionomie des insurrections contemporaines

« Nul ne saurait dire ce que peut une rencontre. »

2. Qu’il n’y a pas d’insurrection démocratique

« Qu’avec le « mouvement des places », le fétichisme de l’assemblée générale soit allé au gouffre n’entache en rien la pratique de l’assemblée. Il faut seulement savoir qu’il ne peut sortir d’une assemblée autre chose que ce qui s’y trouve déjà. Si l’on rassemble des milliers d’inconnus qui ne partagent rien hormis le fait d’être là, sur la même place, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il en sorte plus que ce que leur séparation autorise. Il ne faut pas imaginer, par exemple, qu’une assemblée parvienne à produire par elle-même la confiance réciproque qui amène à prendre ensemble le risque d’agir illégalement. Qu’une chose aussi répugnante qu’une assemblée générale de copropriétaires soit possible devrait déjà nous prémunir contre la passion des AG. »

Fuck off Google
1. Qu’il n’y a pas de « révolution Facebook », mais une nouvelle science du gouvernement, la cybernétique

« Nous ne vivons pas une massive «crise de la confiance», mais la fin de la confiance, devenue superflue au gouvernement. Là où règnent le contrôle et la transparence, là où la conduite des sujets est anticipée en temps réel par le traitement algorithmique de la masse d’informations disponibles sur eux, il n’y a plus besoin de leur faire confiance ni qu’ils fassent confiance : il suffit qu’ils soient suffisamment surveillés. »

4. De l’enquête

« Le capitalisme est en ce sens essentiellement technologique ; il est l’organisation rentable, en un système, des techniques les plus productives. Sa figure cardinale n’est pas l’économiste, mais l’ingénieur. L’ingénieur est le spécialiste et donc l’expropriateur en chef des techniques, celui qui ne se laisse affecter par aucune d’entre elles, et propage partout sa propre absence de monde. C’est une figure triste et serve. »

Disparaissons
2. Pacifistes et radicaux – un couple infernal

« Dans cette époque, il faut considérer le tact comme la vertu révolutionnaire cardinale, et non la radicalité abstraite; et par «tact» nous entendons ici l’art de ménager les devenirs-révolutionnaires. »

4. Asymétrie ontologique et bonheur

« Nous devons accorder aux détails les plus quotidiens, les plus infimes de notre vie commune le même soin que nous accordons à la révolution. »

Notre seule patrie l’enfance
2. Qu’il y a à retourner la sélection en sécession

« Faire sécession, ce n’est pas constituer, à partir des rebuts de ce monde, des contre-clusters où des communautés alternatives se complairaient dans leur autonomie imaginaire vis-à-vis de la métropole – cela fait partie des plans de la DATAR, qui a déjà prévu de les laisser végéter dans leur marginalité inoffensive. Faire sécession, c’est habiter un territoire, assumer notre configuration située du monde, notre façon d’y demeurer, la forme de vie et les vérités qui nous portent, et depuis là entrer en conflit ou en complicité. C’est donc se lier stratégiquement aux autres zones de dissidence, intensifier les circulations avec les contrées amies, sans souci des frontières. Faire sécession, c’est rompre non avec le territoire national, mais avec la géographie existante elle-même. C’est dessiner une autre géographie, discontinue, en archipel, intensive – et donc partir à la rencontre des lieux et des territoires qui nous sont proches, même s’il faut parcourir 10 000 km. »

Notre seule patrie l’enfance
3. Qu’il n’y a pas de « luttes locales », mais une guerre des mondes

« L’État est la mafia qui a vaincu toutes les autres, et qui a gagné en retour le droit de les traiter en criminelles. »

Omnia sunt communia
1. Que la commune revient

« Non seulement la commune n’est pas morte, mais elle revient. Et elle ne revient pas par hasard ni n’importe quand. Elle revient au moment même où l’État et la bourgeoisie s’effacent comme forces historiques. »

Today Lybia, tomorrow Wall Street
2. S’arracher à l’attraction du local

« À charge pour nous d’organiser la rencontre, la circulation, la compréhension et la conspiration entre les consistances locales. La tâche révolutionnaire est devenue partiellement une tâche de traduction. Il n’y a pas d’esperanto de la révolte. Ce n’est pas aux rebelles d’apprendre à parler l’anarchiste, mais aux anarchistes de devenir polyglottes. »

Partager le contenu de cette page